Betbeze Conseil SAS part d’une idée : la crise n’est pas finie et il ne faut surtout pas attendre une reprise venue d’ailleurs pour en sortir. Au contraire même, car la reprise « des autres » peut détériorer davantage notre propre situation.

Pour s’en sortir vraiment, il faut expliquer et s’expliquer. Il nous faut chercher de nouvelles sources de compétitivité et d’innovation, mais dans le cadre d’un dialogue social renforcé.

Découvrez Betbeze Conseil

Betbeze Conseil SAS has a basic idea: the crisis is not over, and it does not pay at all to wait for a recovery coming from other countries. Without personal efforts, « others’ » recovery will eventually deteriorate our own situation.

Instead, we have to be frank and explain what happens to us. We have to find new solutions and new ideas to increase competitiveness and innovation – through an improved social dialogue.

Discover Betbeze Conseil

Blog

25 janvier, 2015

Grèce et autres : quand l’économie va moins mal, les populismes vont bien mieux

Paradoxe peut-être, paradoxe dangereux. Syriza (surtout) et Aube dorée en Grèce, Podemos et Démocratie nationale en Espagne, Front de gauche et PVV en Hollande, FN et Parti de Gauche en France, Die Linke et Afd en Allemagne font davantage parler d’eux. Quand le gouffre est proche, les populismes rongent leur frein. Mais quand la situation s’améliore, tout étant relatif bien sûr, ils se réveillent.

Lire la suite

18 janvier, 2015

Le Franc (suisse) dans le nouveau jeu monétaire mondial

Enorme surprise le 15 janvier 2015 : la Banque nationale suisse (BNS) lâche brutalement le lien qu’elle gérait depuis septembre 2011 avec l’euro : 1 euro = 1,2 Franc suisse. Immédiatement, le Franc suisse remonte vers 1,01 : + 20 % en deux jours ! Les entrepreneurs se plaignent, disant qu’ils ne pourront plus exporter, même leurs produits de luxe ou high tech. Mais on n’entend se plaindre ni les banquiers ni les détenteurs d’avoirs suisses. Les marchés de change sont secoués. Certains opérateurs accusent des pertes significatives, au point d’être menacés (la cotation du courtier FXCM a été suspendue). Des pertes sont annoncées dans des banques et des hedge funds. Du jamais vu, venant d’une entité aussi respectable que la BNS.

Lire la suite

11 janvier, 2015

Economie de la terreur

Le fanatique exécutant est fou, pas son chef. Ce qui anime le fanatique exécutant, le fou, c’est la certitude qu’il va gagner, ici ou dans l’au-delà. Il n’a peur de rien pour la raison qu’il est mégalomane : sa foi est la plus forte. Le chef qui le manipule fonctionne différemment. Bien sûr il croit, lui aussi. Mais il sait que le rapport de forces est (temporairement selon lui) défavorable à ses idées, ce qui le fait changer de terrain. Il ne fonctionnera donc pas du « fort au faible » mais du « fort au fou », grâce au fanatique exécutant, de façon à ce que son ennemi soit éperdu. Alors il ne saura plus où donner de la tête, sachant que le peuple qu’il est censé protéger peut prendre peur devant des attaques répétées. Alors les marchés financiers s’affoleront et l’économie fléchira.

Lire la suite


Allons, les esprits changent ! Les magasins vont ouvrir le dimanche, les 35 heures devenir 36 et plus, les salariés discuter davantage avec des patrons moins crispés. Les réseaux sociaux nous bousculent : ce qui est secret aujourd’hui est partout demain. Jouons l’ouverture et la transparence : transformons-nous et préparons-nous à cette révolution de l’information...