S'inscrire à la newsletter

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Entrez votre adresse e-mail et recevez tous les dimanches la newsletter de Jean-Paul Betbeze

7 septembre, 2014

Ecrit par

Les médecins de Molière autour de la France

– « La France n’a pas assez d’inflation. Elle est gagnée par le risque de déflation » dit l’un.
– « Mais non, mon cher Confrère : elle n’a pas assez de croissance au contraire ! »
– « Et pourquoi donc, mon cher Confrère, n’a-t-elle pas assez de croissance, je vous le demande ? » s’enquiert un troisième.
– « Mais parce qu’elle souffre de trop d’austérité, de purges, sinon de saignées » ajoute un autre.
– « Au fond, la France n’a pas assez de croissance parce qu’elle pâtit de trop de rigueur » concourent nos experts.

2 septembre, 2014

Ecrit par

Edition spéciale : Le spectre annoncé par Hollande, après celui annoncé par Valls

François Hollande l’a dit le 28 août devant les ambassadeurs : « l’Europe est menacée par une longue et peut-être interminable stagnation si nous ne faisons rien. » On aura reconnu, en français, le spectre de la secular stagnation qui agite les esprits outre-Atlantique. Ce spectre succède à celui annoncé par Manuel Valls, le 1er août : « le risque de déflation est réel ». Le Président Hollande en profite pour corriger son Premier ministre : « certains parlent de déflation, nous n’en sommes pas là ».

24 août, 2014

Ecrit par

France : allons-nous vraiment choisir ?

Mieux ou pire ? Efforts ici ou aides venues d’ailleurs ? Voici quelques mois, le Président Hollande disait : « la reprise est là », même si nous n’arrivions pas à la voir. Voici quelques semaines, au début des vacances, le Premier ministre Manuel Valls disait que la rentrée serait « difficile ». Il y a quelques jours, l’Insee calculait que nous avons plus de chômeurs, moins d’inflation et pas de croissance. Alors ?

14 août, 2014

Ecrit par

France : ce plat pays qui est le nôtre

Les chiffres (provisoires) sont tombés : pas de croissance au 2ème trimestre 2014 pour la France, tout comme au 1er. En même temps, les prix de juillet ont baissé de 0,3 % et n’augmentent plus que de 0,5 % sur un an. Pas de miracle en économie : voilà six mois que la croissance française fait du surplace, que le chômage monte, qu’on parle de soldes monstres et de baisse des prix des produits alimentaires.

adipiscing sit consectetur in Donec dolor. velit,