S'inscrire à la newsletter

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Entrez votre adresse e-mail et recevez tous les dimanches la newsletter de Jean-Paul Betbeze

15 mars, 2018

Ecrit par

Mais qui va donc acheter les bons du trésor ?

Tous les grands pays du monde ont des déficits budgétaires importants, sinon croissants. Les Etats-Unis viennent en tête, avec un déficit budgétaire prévu pour cette année au-delà d’un trillion de dollars, pratiquement le double de celui de l’année dernière. Et ce n’est pas fini.

11 mars, 2018

Ecrit par

Prendre Trump au sérieux

Trump agit comme si les États-Unis étaient en guerre avec la Chine. Une Chine maligne, comme on le voit avec la Corée du Nord et qui sous-traite à la Russie ses opérations informatico-politiques. Une Chine pour qui l’Union européenne est son terrain d’expansion : un marché pour y vendre et des entreprises à acheter. Une Union Européenne qu’il affaiblit en soutenant le Brexit, et où il met ses « alliés historiques » au pied du mur, en leur demandant de s’occuper plus de leur sécurité en lui achetant plus ses avions et ses tanks, en s’équipant en cyberguerre, donc de moins compter sur lui, par Otan interposé !

18 février, 2018

Ecrit par

Les reprises économiques ne meurent jamais de mort naturelle…

Il faut donc les tuer ! 104 mois ! Voilà plus de neuf ans que la reprise américaine est parmi nous, juin 2009, après cette Grande récession qui avait fait craindre un nouveau 29. Elle résiste, mais elle est poussive et vieille. Devant elle, par ordre de longévité, on trouve l’expansion de 106 mois en 1960 et, record absolu, celle de 120 mois, en 2001. Va-t-elle continuer de vivre ?

11 février, 2018

Ecrit par

Chute des marchés financiers : à qui la faute ?

Le Docteur Knock le disait : « La santé est un état précaire qui ne laisse présager rien de bon ». Tout allait si bien, aux Etats-Unis ! La croissance était revenue, après cette crise de 2008 qui avait fait si peur. On avait craint un nouveau 29. Le bon Docteur Bernanke, patron à l’époque de la Banque centrale américaine, avait alors acheté des tombereaux de bons du Trésor, avec l’argent qu’il créait (la « machine à imprimer » de la Fed), pour éviter le pire et la déroute du dollar. Ayant terminé son mandat, il passe sa blouse au bon Docteur Janet Yellen qui continue, plus ses propres dosages : baisse du taux de chômage, hausse du taux d’emploi. Mais elle est poussée vers la sortie fin janvier (par Donald Trump), laissant une économie en croissance (2,6%), en plein emploi (4,1% de taux de chômage) et sans beaucoup d’inflation (2,1%). Arrive son successeur, Jerome Powell, pour administrer la clinique Trump et ses propres potions.

28 janvier, 2018

Ecrit par

Un shutdown en France ?

Pourquoi pas ? La leçon serait excellente ! Pour l’instant, le shutdown est une spécialité américaine, comme on l’a vu du vendredi 19 janvier minuit (« heure de Washington ») jusqu’au lundi, en attendant le 8 février, limite de la rallonge qui vient d’être votée ! Cette fermeture des fonctions « non essentielles » de l’Etat (on parle de 870 000 personnes) se produit quand le Congrès n’est pas d’accord pour augmenter le plafond légal de la dette. Officiellement fixé à 20 000 milliards de dollars, il est dépassé depuis septembre 2017. Divers trucs ont été utilisés pour trouver des ressources, mais c’est fini. Pour l’horloge de la dette américaine, qui fonctionne en temps réel, nous en sommes à plus de 20 600 milliards !

ultricies Curabitur ut et, Nullam suscipit dolor consectetur