S'inscrire à la newsletter

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Entrez votre adresse e-mail et recevez tous les dimanches la newsletter de Jean-Paul Betbeze

4 janvier, 2018

Ecrit par

Les bourses s’interrogent pour 2018

Normalement, si on ne fait que de l’économie et de la finance, les choses devraient bien se passer. La croissance est partout, aux Etats-Unis, en zone euro, dans les pays émergents, le prix du pétrole devraient monter un peu : bref plus de croissance et un peu plus d’inflation. Les taux longs devraient donc monter graduellement, mais les profits plus encore, avec une modération salariale qui devrait durer : bref les profits seront toujours là, et même plus. La rentabilité des actions devrait largement dépasser celle des obligations publiques, rémunérant le risque. Dans ce contexte, les bourses devraient aimer.

5 novembre, 2017

Ecrit par

La finance soumise en zone euro, pour une bourse bien remise ?

La finance soumise : quelle nouveauté ! Elle deviendrait moins hostile aux règles qui veulent l’encadrer, moins excessive et réactive qu’avant, bref : « normale » ? C’est le bruit qui court, sinon le rêve qui se répand : la finance serait rentrée dans le rang. La preuve ? Elle boit les paroles de Janet Yellen, la patronne de la banque centrale américaine, et de Mario Draghi, celui de la banque centrale de la zone euro. Que lui est-il arrivé ? Ceci va-t-il durer ? Est-ce un calcul, une ruse ?

1 novembre, 2015

Ecrit par

La complotmania

C’est la pire des maladies contre la croissance et la démocratie – et elle se répand. Trois symptômes : « On nous ment. Rien n’est vrai : nouvelles, chiffres, idées. Tout est manipulé par quelques-uns à leur profit ». Mais qui sont ces « quelques-uns » ? Le complot, pour les uns, c’est le combat de la vérité contre les puissances et idées dominantes. Écoutons-les d’autant plus que c’est étrange et combattu. Le complot, pour les autres c’est le parti de la peur et de l’obscurantisme. Luttons contre.

14 septembre, 2014

Ecrit par

France : en attendant Moody’s

Ce 19 septembre, avec la note que devrait donner Moody’s, nous saurons comment nous regarde la « finance sans visage ». Il y a deux ans, fin novembre 2012, 10 mois après S&P (en pleine campagne présidentielle), Moodys’s enlève son AAA à la France pour la noter « Aa1 », avec une perspective négative confirmée depuis. Jusqu’à quand ? A l’époque, Pierre Moscovici, Ministre des Finances, dit : « c’est une sanction de la gestion du passé », ajoutant que la France « est encore très bien notée ». Vrai.

Donec nunc mattis Lorem id felis neque. velit, mi, Sed elit. adipiscing