Inscrivez-vous !

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

11 septembre, 2016

Ecrit par

Vers un krach obligataire ?

On ne sait jamais, avec les marchés financiers ! Mais le miracle des taux bas actuels ne peut être éternel, d’autant plus que plusieurs messages viennent d’être émis la semaine passée. Ecoutons-les avec attention : les banquiers centraux n’ont pas l’habitude de parler fort !

6 mars, 2016

Ecrit par

De l’inflation considérée comme un pneu

Le pneu inflation est très plat dans ce monde, à tel point que l’économie ralentit. On craint l’arrêt, voire la marche arrière. Que se passe-t-il donc ? Un profond changement dans l’équilibre des forces s’opère devant nous. En effet, les hausses des prix ont toujours leurs symétriques : les baisses. Surtout, « avant », il y avait toujours un peu plus de hausses que de baisses, un peu plus d’inflation que de déflation. Les hausses, ce sont les salaires dans les services privés et publics qui augmentent plus que la productivité, plus impôts et taxes. Les baisses, ce sont les prix des produits industriels qui diminuent grâce aux innovations et aux gains de productivité – au-delà des hausses de salaires.

9 août, 2015

Ecrit par

Pour faire renaître l’inflation : tuer le rentier ou l’écœurer ?

On nous avait juré que l’inflation venait de la monnaie et que les banques centrales étaient là pour surveiller le robinet. Or que se passe-t-il ? La monnaie est partout, l’inflation nulle part. La masse monétaire américaine (M2) atteint 12 000 milliards de dollars en mai 2015. Elle a augmenté de 5,8 % sur un an et l’inflation n’a pas bougé. Même chose en zone euro. La masse monétaire atteint 9900 milliards d’euros à la même date. Elle a augmenté de 5 % sur un an, l’inflation de 0,3 %. S’il y a plus de monnaie qui se crée que de biens et services qui se produisent, c’est par la hausse des prix que devrait se faire l’ajustement. Vrai ? Faux ?

26 avril, 2015

Ecrit par

Si Draghi réussit, les banques et les assurances vont beaucoup souffrir, sauf…

Sauf si on change les règles dites « de prudence » auxquelles banques et assurances doivent obéir, précisément à la suite de la crise dont on sort ! Autrement nous replongerons, dans un an et demi. Nous vivons en effet une terrible contre-indication : ce qui devait protéger les banques et les assurances des risques, et nous avec, peut les faire beaucoup souffrir, et nous avec, si la médecine actuelle de la BCE continue. Et elle va continuer. Quel est donc cet engrenage diabolique ? Et comment en sortir ?

26 mars, 2015

Ecrit par

Payer pour prêter ?

Comme on le voit dans ce tableau (établi à partir des données du 23 mars 2015), c’est bien ce qui se passe actuellement avec le quantitative easing de la BCE. Il a fait chuter rapidement les taux d’intérêt obligataires publics de tous les pays de la zone euro ayant accès aux marchés financiers (hors Grèce et Chypre donc).

29 janvier, 2015

Ecrit par

Les calculs secrets de Mario Draghi

1140 milliards d’euros = 60 (milliards d’euros par mois) x 19 (mois). C’est l’engagement d’achat total de Mario Draghi pour faire repartir l’inflation sous deux ans (vers 2 %) et donc, avant, la croissance et donc, avant encore, le crédit. Mais quoi donc acheter avec 60 milliards d’euros par mois ?

Suivez-nous sur :