Inscrivez-vous !

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

15 juillet, 2018

Ecrit par

En attendant la récession américaine de 2021

Elle finira par arriver. Et tout sera fait pour qu’elle se déclenche courant 2021… après la réélection de Donald Trump, dont le mandat s’achève le 20 janvier 2021. En effet, pour réussir autant que possible les élections intermédiaires de novembre 2018 et préparer la campagne de 2020, il faut absolument que l’économie – et la bourse – « tiennent ». C’est la base de la stratégie économique, fiscale, financière et sociale de Donald Trump, avec son volet monétaire géré par la Banque centrale américaine, alias Jerome Powell, son patron. Calcul conspirationniste, rêve, cauchemar ? En tout cas, c’est la meilleure base de travail pour imaginer les mois à venir.

8 avril, 2018

Ecrit par

Alerte aux zombies : 10% des entreprises cotées en danger demain, quand les taux monteront

Des taux d’intérêt trop bon marché : voilà le risque ! Selon la Banque de France, en 2014, entre 2 et 3% des petites et moyennes entreprises et autour de 1% de l’ensemble formé par les grandes entreprises, entreprises de taille intermédiaire et holdings, s’endettent à des taux trop bas par rapport à leur risque. Pour les grandes entreprises et les holdings, 10% des crédits auraient été accordés « à des taux particulièrement bas ». Magie des chiffres : 1% du nombre, c’est 10% des montants !

15 mars, 2018

Ecrit par

Mais qui va donc acheter les bons du trésor ?

Tous les grands pays du monde ont des déficits budgétaires importants, sinon croissants. Les Etats-Unis viennent en tête, avec un déficit budgétaire prévu pour cette année au-delà d’un trillion de dollars, pratiquement le double de celui de l’année dernière. Et ce n’est pas fini.

11 septembre, 2016

Ecrit par

Vers un krach obligataire ?

On ne sait jamais, avec les marchés financiers ! Mais le miracle des taux bas actuels ne peut être éternel, d’autant plus que plusieurs messages viennent d’être émis la semaine passée. Ecoutons-les avec attention : les banquiers centraux n’ont pas l’habitude de parler fort !

Suivez-nous sur :

dolor. Praesent risus. fringilla elit. mi, facilisis luctus accumsan sit